Un Fort du système de défense Séré de Rivières

Construit en deux années seulement, de 1878 à 1880, le Fort de Mons-en-Barœul fait partie du système de défense élaboré par le général Séré de Rivières suite à la défaite de 1870. Devenu inutile suite à la mise au point de nouveaux explosifs 5 ans seulement après sa réalisation, il sera toutefois le siège d'unités de transmission, dont la plus étonnante sera celle d'une section colombophile avant de servir durant la guerre d'Indochine. Entre temps il aura connu des périodes d'occupation allemande à chacune des deux guerres mondiales, après avoir été déclassé 48 heures avant la déclaration de la première ! Resté intact, car non bétonné comme beaucoup d'autres fortifications, et magnifiquement remis en valeur avec un centre socio-culturel, c'est un exemple unique qui présente un intérêt architectural, historique et patrimonial exceptionnel.

Le Fort Macdonald


En 1886, le général Georges Boulanger fut nommé ministre de la guerre et décida de donner aux casernements le nom d’un général célèbre.


Sur la frise de la porte d’entrée, fut gravé le nom de Macdonald. On aperçoit encore au-dessus la mention « anciennement Fort de Mons-en-Barœul ».

Ce nouveau nom fut rarement utilisé, et le fort redevint assez rapidement le fort de Mons-en-Barœul.



Qui était ce Macdonald ?



Étienne Macdonald, capitaine aide de camp en 1792, peint par Louis-Édouard Rioult en 1834

Etienne-Jacques-Joseph-Alexandre, d’origine écossaise, duc de Tarente, maréchal de France, est né à Sancerre (Cher), le 17 novembre 1765, il est décédé le 24 septembre 1840. 



Portrait du maréchal Macdonald par Antoine-Jean Gros

Sous- lieutenant à l’époque de la Révolution, il servit sous Dumouriez, se distingua à Jemmapes. Il devint colonel, général de brigade et général de division (1796) après avoir fait la campagne de Hollande. En 1799, il est à la tête, d’une armée républicaine. Il prend part à la campagne d’Italie. Le 18 brumaire, il seconde la premier consul Bonaparte et reçoit de lui le commandement de l’armée de réserve (1800) avec laquelle il fait une glorieuse campagne dans le Tyrol.



Étienne Macdonald, duc de Tarente, maréchal de France, peint par Jean-Sébastien Rouillard en 1837

Disgracié par suite de l’attachement qu’il montra à Moreau lors de son procès, pour haute trahison en 1804, tandis que celui-ci fut éxilé et resta aux Etats-Unis jusqu’en 1813, il fut rappelé en 1809. Sa conduite brillante à Wagram lui permit d’être nommé maréchal et duc de Tarente. Il servit en Espagne puis en Russie et resta fidèle à Napoléon jusqu’à son exil. Il se rallia aux Bourbons et Louis XVIII le nomma pair. Après les cent jours il reçut le titre de grand chancelier de la légion d’honneur.



La statue de Macdonald au Louvre


La tombe de Macdonald au père Lachaise

Le beau soleil rasant en cette fin de mois de décembre 2007 permet cette découverte. A certaines heures l'inscription du fronton devient plus facilement lisible. C'est ainsi qu'en dessous de " FORT MACDONALD " en majuscules, on peut deviner en italiques " Anciennement fort de Mons-en-Barœul ".